Recherche :





Evacuation par la force du sit in de l'Opposition le 2 mai 2012










03.06.2012 20:57

Ely Ould Mohamed Vall : Voila quelqu’un qui blasphème

Mamadou Amadou Diallo

Mamadou Amadou Diallo

Dans un entretien accordé à la radio MFM, Ely Ould Mohamed  Vall a essayé de nier l’existence des déportations massives  des mauritaniens durant les événements de 89. Cette buse ne sait pas que cette épisode sombre et regrettable dans l’histoire de la Mauritanie est une tache indélébile et marquera à jamais l’histoire au même titre que tous les autres génocides et crimes commis contre l’humanité. C’est pourquoi il est plus intelligent de conjurer méthodiquement cette problématique et rétablir la justice  que de le nier avec  ridiculité.

Ely, tu viens encore une fois de montrer aux mauritaniens que tu as une mémoire courte et que tu n’as aucune crédibilité. En plus voila une parfaite illustration qui montre que tu es mouillé jusqu’au crâne dans ces actes ignobles. C’est un manque de respect impardonnable à tout le peuple qui tu viens de commettre en affirmant ces propos indignes et injustes. Nier les déportations de 89 c’est être une bête qui refuse de reconnaitre d’être bête mais qui ne cesse de paitre dans la prairie de la bêtise. Tu ressemble aujourd’hui à un géant caduque qui ne peut qu’user de sa bouche pour dire des conneries controverses afin rester médiatisé car il n’y a plus aucune solution possible pour ton déclin.

Aujourd’hui, il y va de la crédibilité de la COD. Si cette dernière se veut juste dans sa logique de retour à la démocratie et un Etat de droit, tous les roublards comme Ould Vall doivent être mis en quarantaine. Aziz au moins a eu le courage de reconnaitre les refugiés et engager le retour.

Quant à ceux qui avaient crié au blasphème lorsque Biram a brulé les livres de rites malékites, vous avez là une belle occasion de manifester et de  crier votre indignation si vous êtes justes dans vos démarches. Il est indéniablement pire de tenir de tels propos que de bruler les livres qui font la propagande de l’esclavage. Ceci va de soit pour la justice qui retient toujours le chef de fil de l’IRA et toutes les autres associations qui avaient publié des communiqués à l’occasion.