Recherche :





Evacuation par la force du sit in de l'Opposition le 2 mai 2012










10.06.2012 14:02

Le Régime de Ould Abdel Aziz fait une deuxième victime en Mauritanie

La police de Ould Abdel Aziz vient d'enrichir son macabre tableau de chasse. Après le jeune Mangane à Maghama (sud du pays), les forces de l'ordre viennent de tuer le jeune Cheikh Ould Rajel Ould Elmaaly (30 ans) lors de la répression qui s'était abattue hier sur une manifestation pacifique de militants de l'Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA) qui réclamaient la libération de leur compagnons emprisonnés à la suite de l'autodafé de Ryad.

Le jeune Cheikh Ould Rajel se serait asphyxié par les gaz lacrymogènes dont la police use et abuse pour disperser les manifestants. Le décès a été constaté aux urgences. La police qui réprime sans discernement ni égards aux passants ou habitants des lieux avait noyé le paté de maisons de gaz lacrymogène et de grenades incendiaires. Ould Rajel aurait rencontré la mort dans une échoppe de quartier qui aurait été envahie par les gaz asphyxiant.

Des sources médiatique rapportent que des responsables de la majorité dont le Député de Rkiz, Mohamed Lemine Ould Cheikh, font tout pour étouffer cette affaire et la classer le plus vite possible.

Dépouille de la victime juste après que ses proches lui aient fait sa toilette mortuaire

Dépouille de la victime juste après que ses proches lui aient fait sa toilette mortuaire

Lors de cette manifestation de l'IRA, Madame Leila Mint Ahmed, épouse du président de cette organisation, Biram Ould Abdeid, a été la cible de jet délibéré de grenade incendiaire. C'est la deuxième fois que Mint Ahmed fut visée par la répression policière.

Le régime de Ould Abdel Aziz commence à donner des signes de nervosité qui témoignent de l'impasse politique dans laquelle il s'agite. Mais le rythme des contestations de son pouvoir s'accélère. Une certaine atmosphère de fin de règne.