Recherche :





Evacuation par la force du sit in de l'Opposition le 2 mai 2012










For-Mauritania

Communiqué

A propos du dialogue attendu entre le Pouvoir et l’Opposition

17-07-2011

Conscients de l’urgence de l’ouverture d’un dialogue sérieux et franc entre l’Opposition et le Pouvoir qui permette de sortir le Pays de l’impasse politique actuelle, qui évite aux Mauritaniens les affres de l’instabilité et qui offre aux différentes parties la possibilité de participer efficacement à l’élaboration des solutions aux grandes questions nationales ;

Forts des leçons des dernières mésaventures et spécialement de celle connue sous le nom de « l’Accord de Dakar » ;

Convaincus que le dialogue n’est pas une fin en soi mais que le Pays ne supporterait pas son échec ni le défaut de son application par l’un des protagonistes ;

Nous, au sein de For-Mauritania, insistons sur l’impérieuse nécessité de réunir un certain nombre de garanties avant le début de tout dialogue et soulignons l’importance de la conclusion, entre le Pouvoir et l’Opposition, d’un accord préalable sur les modalités d’application et de suivi des résolutions qui en seront issues.

Un agenda de ces opérations pourrait être le suivant :

Premièrement : les garanties et preuves de bonne volonté préalables

Des preuves de bonne volonté devront être données par le Pouvoir permettant de décrisper l’atmosphère politique et de convaincre les plus sceptiques de l’irréversibilité de la nouvelle orientation prise par ce dernier. Parmi ses preuves, nous citons, à titre d’exemple :

- L’arrêt définitif de toute répression ou persécution des manifestations pacifiques ;
- L’abstention de l’organisation de tous scrutins dont les modalités n’auront pas fait l’objet de consensus entre l’Opposition et le Pouvoir ;
- L’annonce de la part du Pouvoir du gel des grands dossiers polémiques tels la convention de pêche signée entre l’Etat une entreprise chinoise controversée, le recensement ambigu en cours et l’envoi des troupes à l’extérieur du Pays ;
- L’ouverture, avec une égalité de traitement et selon des modalités à convenir, des média publics devant l’ensemble des acteurs politiques.
Deuxièmement : les conditions de réussite du dialogue

Deux conditions nous semblent incontournables pour la réussite d’une telle entreprise :

- La désignation d’une commission nationale chargée de superviser le déroulement du dialogue et surtout d’en suivre l’application. Les membres d’une telle commission devront être choisis, d’un commun accord et de façon paritaire, par les deux protagonistes du dialogue à savoir le Pouvoir et l’Opposition ;
- La présence et l’implication d’observateurs internationaux aux différentes étapes du dialogue.
La Coordination Générale de For-Mauritania
Le 17-07-2011