Recherche :





Evacuation par la force du sit in de l'Opposition le 2 mai 2012










Le long processus du changement

Les racines du mal : Le long processus de changement qui a commencé avec le dernier voyage de Ould Taya, continue de se prolonger, sans arriver à son terme. La transition, cette sorte de récréation, qui a profité plus aux maîtres qu’aux élèves, a constitué une trêve que l’opposition, dans son ensemble, n’a pas su mettre suffisamment à profit pour mieux négocier la caution de taille qu’elle apportât aux tombeurs de Maaouia.

Mauritanie: faut-il modifier les stratégies pour faire quitter Aziz ?

Les avis divergent sur les modalités, mais une grande majorité d’intellectuels adhère à l’idée de changement de stratégies. Dans ces conditions, à côtés des nouvelles tactiques supposées plus efficaces compte tenu des menaces, la place revendiquée pour les actions civiles de défense s’élargit, à juste titre. Si les attaques par des bombes lacrymogènes, les chiens entrainés et les bâtons des forces de l’ordre enlèvent au citoyen le contrôle de la défense de sa patrie, les actions civiles le restituent dans ses droits et ses devoirs. Or le monde est traversé par la crise morale engendrée par les industries culturelles, filles du capitalisme. L’avènement de la responsabilité individuelle au service de la collectivité recèle des valeurs morales susceptibles de redonner aux solidarités et aux objectifs nationales.

République islamique de Mauritanie : feu l’esclavage ?

Malgré quatre abolitions juridiques, dont une «définitive» en 1980, et sa criminalisation en 2007, on assiste toujours en Mauritanie à la fin sans fin de l’institution esclavagiste.

L’histoire de l’esclavage dans les manuels malikites/ par Mohamed Ould Elmoktar Echenguity (Partie II)

For-Mauritania, Kassataya et Taqadoumy ont le plaisir de vous livrer la seconde partie des réflexions de M. Mohamed Ould Elmoktar Echeinguity sur l’esclavage en terre d’islam. Comme dans le précédant texte, l’auteur y prend des positions courageuses qui, à défaut de faire l’unanimité, contribuent à alimenter le débat grâce surtout à la qualité de l’argumentation et à la variété des sources et des références. Dans le texte qui suit, Mohamed Ould Elmoktar Echeinguity qui jouit d’une grande notoriété dans le monde arabo-musulman, met l’accent sur l’apport de grands penseurs musulmans sur la pratique de l’esclavage.

RACISME, ESCLAVAGE ET TENTATION TALIBANE EN MAURITANIE

Le 28 avril 2012, Birame Dah Abedi, Président de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (Ira), une association non reconnue, participait, en compagnie de quelques militants, à une prière collective du Vendredi, usage devenu fréquent, au titre de la défiance envers les lieux de culte officiels où le sujet l’esclavage reste taboue. Au terme des deux prosternations rituelles, Birame procède, devant des sympathisants et quelques journalistes avertis, à l’incinération, de quelques livres de droit musulman où l’exploitation de l’homme alimente des considérations détaillées sur les droits du serviteur et les devoirs du maître.

La Mauritanie gangrenée par la corruption : dans l’enfer de la gabegie et des détournements

La corruption en Mauritanie est un véritable sport national, c’est une activité à laquelle tout le monde, ou presque, s’adonne. Depuis quelque temps, tout Nouakchott, capitale mauritanienne, s’est mis à parler de ce fléau en présence des représentants des Nations unies, venus prendre le pouls de la situation, dans ce pays où la bonne gouvernance est un vain mot.

L’histoire de l’esclavage dans les manuels malikites

Mohamed El Mokhtar Echenguity est un penseur musulman mauritanien de renommée internationale. Autorité reconnue dans le courant réformiste musulman, il remplit pleinement son rôle d’intellectuel avec beaucoup de pertinence, de courage et de clarté.

Le Général Mohamed Ould Abdel Aziz / L’autre visage

Une fois de plus la dictature militaire Mauritanienne, présidée par le général Mohamed ould Abdel Aziz dévoile son vrai visage à travers la torture et la répression des manifestants qui sont sortis dans la rue pour exprimer leur désespoir et mécontentement contre la situation économique, politique et sociale du pays.

Le Général Aziz et les dix stations sur la route de la dictature

En zappant l’autre soir d’une chaîne de télévision à l’autre, je m’étais fixé sur un documentaire qui relatait la légendaire révolution égyptienne. Comme toujours dans ce genre d’exercice, on commence par t’expliquer le contexte marqué par l’omniprésence du dictateur, sa toute puissance et son omniscience.

Patience, Al Yasser*… !

Après la prière du milieu de journée (Edhouhr) de ce samedi, lendemain de l’autodafé de Ryade, l’Imam de la mosquée de mon quartier s’est levé et a demandé aux fidèles « de ne pas se disperser tout de suite car le Préfet de la Moghataa (Arafat) va envoyer des véhicules pour transporter ceux qui le souhaitent à la Mosquée Ibn Abbass d’où va s’élancer une manifestation en direction du Palais Présidentiel pour dénoncer l’incinération des ouvrages et exiger le châtiment des coupables… ».